Mtoub Lounes

Matoub Lounes

 

 Matoub Lounes
>
> Son œuvre se compose pour l'essentiel de chansons engagées à la cause
> identitaire amazighe et aux valeurs démocratiques. Chaque chanson touche à
> une plaie dans la politique ségrégative de la junte arabo-islamiste au
> pouvoir. Défenseur farouche de la culture amazighe, Matoub Lounès n'a jamais
> hésité à manifester sa rébellion face aux thèses des intégristes et à
> dénoncer la politique d'arabisation forcée de l'école, de l'administration
> et des médias publics.
>
> Le 24 janvier 1956, naissance de Lounès Matoub à Taourirt Moussa (Kabylie).
> A l'âge de 9 ans, il fabriqua sa première guitare à l'aide d'un bidon vide
> d'huile de voiture;
> Dès l'adolescence, il composa ses premières chansons;
> Considérant que l'enseignement dispensé par l'école algérienne ne visait
> qu'à meubler la mémoire des pires aberrations, il déserta l'école en 1975;
> En 1978, il enregistra son premier album, dont le succès phénoménal l'imposa
> comme un grand espoir de la chanson algérienne d'expression berbère;
> Outre les chansons composées pour d'autres artistes, son œuvre est riche de
> 36 albums. Elle traite les thèmes les plus variés : la revendication
> berbère, les libertés démocratiques l'intégrisme, l'amour, l'exil, la
> mémoire, l'histoire, la paix, les droits de l'Homme, la finitude, les
> problèmes existentiels.Il était témoin de son temps.
> En dépit de son interdiction dans les médias algériens et notamment la radio
> et la télévision, il restait le chanteur berbère le plus populaire et adulé
> par tout un peuple;
> Criblé de 5 balles par un gendarme, lors des événements d'octobre 1988, il
> subit 17 interventions chirurgicales, 2 années d'hospitalisation, un sacrum
> artificiel, rétrécissement de sa jambe de 5 centimètres et son handicap à
> vie;
> Enlevé par un groupe islamiste armé en 1994, séquestré pendant 15 jours et
> condamné à mort avant d'être libéré suite à une gigantesque mobilisation
> populaire; Le 06 décembre 1994, il reçut "le Prix de la mémoire" décerné par Madame
> Danielle Mitterand, Présidente de La Fondation France Libertés (Paris)
> succédant ainsi à des hommes et des organisations qui ont consacré leur vie
> à la lutte pour la préservation du souvenir de l'aventure humaine;
> Le 22 mars 1995, le S.C.I.J.(Canada) lui remit Le Prix de la Liberté
> d'expression ;
> Le 19 décembre 1995, il reçoit le Prix Tahar Djaout décerné par La Fondation
> Abba au siège de l'UNESCO (Paris) ;
> En 1996, il participe à la marche des rameaux en Italie pour l'abolition de
> la peine de mort;
> En plus de la chanson, il a pris sa plume pour interroger son âge et son
> espace dans un livre intitulé "rebelle" aux éditions stocks en 1995;
> Le 25 juin 1998 Lounès Matoub est lâchement assassiné dans des conditions
> mystérieuses avant la sortie de son dernier album ( lettre ouverte aux…) qui
> lui a valu un Disque D'or.
> Le 28 Juin, plusieurs milliers de personnes ont assisté à l'enterrement du
> poète devant sa maison dans son village natal.
> Le 30 Juin le GIA revendique l'assassinat de Matoub Lounès
>
> Hommage à Matoub Lounas
> La communauté amazighe de Montréal se souvient : Ils l'ont assassiné, sur la
> route ils l'ont jeté, chantait la chorale des enfants qui lui avait rendu
> hommage à Matoub Lounas au Zénith à Paris en 1999. Les assassins voulaient être certains d'avoir achevé Matoub Lounas, l'artiste-militant berbère de
> Kabylie, Algérie.
>
> Son corps était criblé de balles de la haine et de la terreur. Un message à
> la Kabylie résistante et à tous les militants de la démocratie en Algérie et
> dans le monde. Mais, cette cruauté n'a fait que renforcer les rangs de la
> génération matoubienne qui scandait au prix de sa vie : Matoub "Yela Yela"
> (Matoub n'est pas mort). Cette cruauté n'a fait qu'aider des millions de
> personnes à travers le monde à prendre conscience du danger du cocktail
> intégriste et mafieux qui menace la stabilité même de l'humanité. Assassiné
> en 1998 à Tizi-Ouzou en Kabylie, Matoub Lounès, 42 ans, demeure vivant dans
> la tête et le cour de la Kabylie et des Imazighens (Berbères) du monde
> entier. Il devient
>
> le symbole inébranlable du combat identitaire amazigh et de tous les combats
> des droits de la personne et des peuples opprimés sur la planète. Matoub
> Lounès est également cet artiste berbère algérien talentueux, hors pair, qui
> s'est fait loin des officiels et de médias de service. La voix, la mélodie,
> le texte et beaucoup de détermination lui ont donné cette RAGE de chanter
> fièrement sa cause et les douleurs de son peuple d'une façon
> professionnelle. Le chaâbi kabyle a été perfectionné par Lounès. Même ses
> détracteurs le savent.
>
> En cette année 2003, Hamid Matoub (Ath Lounis), son cousin, viendra
> spécialement de Paris à Montréal pour lui rendre hommage au Gesù ce 23 juin
> à 19H. Un hommage qui fait partie depuis quatre ans d'une série de rituels
> du combat du peuple amazigh à travers le monde, en Afrique du Nord, en
> Algérie et plus particulièrement en Kabylie.

3 votes. Moyenne 2.50 sur 5.

Commentaires (1)

1. Bipolar Disorder (site web) 27/10/2012

I came across adda.e-monsite.com and i love it !
bipolar disorder symptoms
spinal muscular atrophy
arthritis symptoms

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site