Mouloud Kacem Nait Belkacem

Mouloud
Kacem Naït Belkacem

Bouteflika rend hommage à l’« homme encyclopédie »

Le président Bouteflika a rendu hommage, hier, au défunt penseur Mouloud Kacem Naït Belkacem pour ses réalisations dans les domaines de la culture et de la pensée.

Il a qualifié d’« ami » et de « compagnon » celui qui a été, pendant longtemps, un des inspirateurs de la doctrine de l’Etat, aux côtés d’Ahmed Taleb Ibrahimi. Dans une allocution prononcée à l’ouverture du colloque national organisé en hommage au défunt par le Haut Conseil islamique (HCI), le chef de l’Etat a indiqué que le penseur Mouloud Kacem fait partie de ces hommes qui « ont laissé l’empreinte de leur pensée dans l’histoire politique et culturelle de l’Algérie », le qualifiant d’« homme encyclopédie ». Abdelaziz Bouteflika a mentionné que le penseur Mouloud Kacem « a exhorté à l’effort et à l’initiative par l’adoption d’une approche basée sur le jugement, la contemplation et la critique constructive ». « Il s’insurgeait contre l’apocryphe, l’ignorance et l’intégrisme et condamnait la négligence et le laxisme », a soutenu le chef de l’Etat. M. Bouteflika a évoqué, en outre, les idées du défunt qui « conciliaient entre l’authenticité et la modernité qu’il estimait indissociables ». Le regretté a reçu, rappelle-t-on, ses premiers enseignements coraniques et philosophiques dans une école de son village surplombant les hauteurs d’Akbou, en Kabylie. M. Naït Belkacem se rendra, ensuite, en Tunisie puis en Egypte où il obtint une licence de philosophie avant de poursuivre ses études à la Sorbonne. En Europe, l’homme produira des écrits prolifiques sur le philosophe allemand Fichte qu’il voulait traiter en thèse de doctorat, avant d’y renoncer, en raison du déclenchement de la Révolution de libération nationale qu’il rejoint très tôt puis des responsabilités et des missions importantes qu’il a assumées. Durant la Révolution, Mouloud Kacem a été représentant du Front de libération nationale, puis du GPRA dans la plupart des capitales européennes où il avait vécu, notamment en Suède et en Allemagne. A l’indépendance, le défunt était haut fonctionnaire au ministère des Affaires étrangères et cadre à la Présidence de la République, avant de devenir ministre des Affaires religieuses et des Wakfs. C’est à ce poste que M. Naït Belkacem se distinguera et sera connu du grand public. S’étalant sur cette période, le président Bouteflika lui reconnaîtra le « grand mérite » d’avoir organisé des colloques de la pensée islamique de dimension internationale, introduit des réformes dans l’administration et créé des instituts islamiques dans les grandes villes du pays. Le professeur Mouloud Kacem s’est également attelé, a affirmé le président Bouteflika, à « l’édition des travaux de ces colloques » et à « leur traduction vers la langue française ». « Mouloud Kacem accordait un intérêt particulier au message de la mosquée et à son rôle civilisationnel et éducatif dans la société », a fait remarquer le chef de l’Etat, précisant qu’il « a instruit les imams pour la lutte contre l’analphabétisme et œuvra pour ce faire à l’amélioration de leur formation et situation administrative ».

1 vote. Moyenne 2.50 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×